rabiessurveillanceblueprint.org

2.1.11. Qui est responsable de la mise en œuvre de la surveillance de la rage?

Cela peut varier entre les régions du monde. Dans les pays développés, la rage est souvent une maladie à déclaration obligatoire signalée entre États ou provinces à une entité responsable au niveau du gouvernement national. Cela permet d’analyser et de présenter des rapports au comté régional, provincial, et municipal pour fournir une vue plus globale de la situation de la rage, ce qui peut conduire à une meilleure coordination de la surveillance et de contrôle entre les juridictions. À tout le moins, compte tenu du taux de létalité élevé, les autorités de santé publique doivent être engagées dans l’exposition chez l’homme, dans les évaluations des risques et des applications de PEP, au vu des considérations suivantes.

La composante humaine

Généralement, les responsables de la santé publique assument cette responsabilité. Cependant, la surveillance humaine efficace repose sur un système comprenant la rage chez les animaux, qui sont des réservoirs virus. À travers l’Afrique et l’Asie, qui comptent pour la plupart des 74 000 décès annuels de rage humaine, le chien est le plus important réservoir viral et le vecteur responsable (en savoir plus ici). Des activités de surveillance depuis un emplacement centralisé ne peuvent apporter souvent la réactivité et la couverture en temps opportun en cas de rage humaine dans des régions rurales ou éloignées d’un pays. Au contraire, la surveillance doit s’appuyer sur un réseau de responsables locaux ou de personnel de santé qui présentent des données au niveau régional ou national. L’instruction et la sensibilisation pour mieux faire connaître la rage parmi la population humaine demeurent les pierres angulaires des programmes pour mieux assurer que les victimes humaines des morsures d’animaux reçoivent des soins rapides et appropriés en vue de prévenir la rage et identifier les cas de rage humaine, souvent non référés aux hôpitaux ou aux centres locaux de soins.

La composante animale

Généralement, les responsables de la santé animale associés aux services vétérinaires agricoles jouent un rôle clé dans la surveillance des animaux domestiques et souvent dans la surveillance de la faune également. Les biologistes de la faune sauvage jouent souvent un rôle clé dans la surveillance de la rage des animaux sauvages. Cependant, un réseau communautaire des disciplines dans l’optique « One Health » est peut-être l’une des meilleures approches en vue d’assurer que les animaux soupçonnés puissent être surveillés ou enlevés et testés. Un tel réseau peut inclure des vétérinaires, des agents de la faune, de contrôle des animaux, des policiers et autres, y compris les organisations non gouvernementales (ONG). Ces dernières peuvent aider aussi à faciliter l’échange nécessaire d’informations et de données ainsi que le dialogue entre les différents partenaires du réseau du système de surveillance et d’intervention.


page précédente: 2.1.10. Quelles autres sources d'informations épidémiologiques sont disponibles ?

PARTNER LINKS

Accueil | Contact | Plan du site |
[en]Version 1 Last updated December 2014[fr]Première version, dernière mise à jour Juin 2015