rabiessurveillanceblueprint.org

2.3.1. En quoi consiste la surveillance de la rage animale ?

Les mesures de surveillance comprennent le prélèvement d’un échantillonnage structuré d’animaux suspects et l’envoi de ces échantillons pour diagnostic aux laboratoires compétents. En général, la pathogénie du virus de la rage chez les mammifères terrestres est distincte, et l’évolution clinique de la maladie est la même que chez l’homme. Les signes cliniques de la rage chez les animaux sont très variés [en savoir plus ici], mais la maladie aboutit toujours à la mort des animaux infectés. Dans la mesure où la présence du virus rabique ne peut être confirmée qu’à un stade avancé de la maladie et qu’il n’existe pas d’état de « porteur sain » (infection subclinique), les analyses effectuées sur des animaux en bonne santé sont sans valeur puisqu’elles n’ont qu’une très faible probabilité d’aboutir à des résultats positifs.

Tenter de diagnostiquer le virus de la rage sur des animaux ne présentant aucun symptôme de la maladie risque ainsi de fausser considérablement le résultat global. Puisque tout mammifère est susceptible d’être infecté par le virus rabique, le diagnostic différentiel de signes neurologiques cliniques et de comportement anormal survenant chez les animaux (mammifères) devrait systématiquement donner lieu à une hypothèse de rage animale. La surveillance de la rage animale s’appuiera sur la confirmation du diagnostic effectué en laboratoire sur l’animal suspect et sur les autres cas probables. Dans l’hypothèse où les cas probables se trouveraient par la suite confirmés, les animaux concernés devront être euthanasiés. Enfin, dans les régions de rage endémique, les animaux tués sur la route et les animaux trouvés morts présentent un risque élevé d’infection, et devront donc être inclus dans les activités de surveillance.


page suivante: 2.3.2 Faut-il cibler des espèces particulières ?

PARTNER LINKS

Accueil | Contact | Plan du site |
[en]Version 1 Last updated December 2014[fr]Première version, dernière mise à jour Juin 2015