rabiessurveillanceblueprint.org

2.3.7 Comment doit être établi l’échantillonnage ?

La probabilité de déceler le virus rabique lors d’examens en laboratoire est moins élevée lorsque ceux-ci portent sur un échantillonnage aléatoire prélevé parmi les espèces-réservoirs que lorsque les spécimens analysés ont été sélectionnés en fonction de comportements spécifiques ou de signes cliniques évocateurs de la rage. Il convient, en conséquence, d’adopter une méthode d’échantillonnage ciblée (voir section 2.3.5).

Le choix de l’échantillonnage dépend en partie de l’objectif recherché par le programme de surveillance. Toutefois, pour permettre de comprendre pleinement les aspects épidémiologiques de la maladie, les mesures de surveillance doivent inclure le recueil de données spatio-temporelles. Le prélèvement d’échantillons doit ainsi avoir lieu toute l’année (ou, le cas échéant, lors des saisons à risques) dans les principaux habitats des espèces-réservoirs de façon à obtenir des informations sur la dynamique spatio-temporelle du virus. Les paramètres recueillis sont essentiels à la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des programmes de contrôle (diminution du nombre de cas dans une période et zone géographique donnée) ou d’élimination (zéro cas à l’issue d’une période donnée). Les mesures de surveillance devront presque toujours être maintenues, à des degrés variables, afin de confirmer que les objectifs de contrôle ou d’élimination ont été atteints, et afin de détecter une réintroduction possible du virus dans des régions indemnes.


page précédente: 2.3.6 Pourquoi les examens effectués sur des animaux en bonne santé n’ont-ils qu’un intérêt limité ?

PARTNER LINKS

Accueil | Contact | Plan du site |
[en]Version 1 Last updated December 2014[fr]Première version, dernière mise à jour Juin 2015