rabiessurveillanceblueprint.org

3.6 Quels échantillons faut-il obtenir, et qui en est responsable ?

Pour les humains :
Il importe de distinguer ici les échantillons qui doivent être prélevés (i) quand un patient suspect se présente à l’hôpital et reçoit des soins intensifs (ante mortem) et (ii) quand un patient présentant des signes neurologiques évoquant la rage décède (post mortem). Les spécimens obtenus pour les tests ante mortem comprennent des séries d’échantillons de salive recueillis à intervalles de 3 à 6 heures (excrétion intermittente du virus) et/ou une biopsie cutanée prélevée sur la nuque (incluant des follicules pileux). Les biopsies cutanées donnent les meilleures chances de détecter le virus de la rage/les lyssavirus ou leurs substituts génétiques chez les patients hospitalisés. D’autres échantillons seront également prélevés : sérum, liquide céphalorachidien, biopsies de tissus nerveux. Les échantillons prélevés post mortem pour confirmer l’infection rabique d’un patient sont les tissus cérébraux (corne d’Ammon, cervelet, bulbe rachidien) ou d’autres biopsies de tissus nerveux. Des biopsies de la peau de la nuque peuvent également être utilisées si des raisons religieuses ou culturelles s’opposent au prélèvement de biopsies cérébrales.

Pour les animaux :

JPEG - 40.1 ko
Field Diagnostic Kit - photo KwaZulu-Natal rabies project

Pour détecter la rage, des tissus du cerveau ou du bulbe rachidien doivent être prélevés sur les animaux morts ou suspects. Ces derniers peuvent être abattus (mammifères sauvages) ou euthanasiés de façon humaine (animaux domestiques). Les échantillons seront prélevés par des professionnels (vétérinaires, personnel qualifié de surveillance de la rage, etc. ; voir la section 3.4). Pour plus de précisions, voir ici.

Si aucun professionnel n’est disponible pour obtenir un échantillon aux fins d’analyses, la tête de l’animal doit être prélevée afin de minimiser le risque d’exposition au virus. Si les conditions adéquates de conservation ne peuvent pas être respectées ou s’il n’est pas possible de garantir l’envoi fréquent d’échantillons au laboratoire, on pourra avoir recours à des papiers filtres (FTA Gene Guard System, disponible dans le commerce) pour le prélèvement, le stockage et l’envoi des échantillons (voir ici pour plus de précisions). Les échantillons ou la tête de l’animal doivent être transmis au laboratoire avec une identification adéquate.


page précédente: 3.5 Quelles infrastructures pour la surveillance de la rage?

page suivante: 3.7 Quelles précautions faut-il prendre pour prélever les échantillons ?

PARTNER LINKS

Accueil | Contact | Plan du site |
[en]Version 1 Last updated December 2014[fr]Première version, dernière mise à jour Juin 2015